Lanceurs d’alerte : le réseau NEIWA appelle à finaliser la mise en œuvre de la directive



Réseau intégrité NEIWA

Le réseau NEIWA, pour Network of European Integrity and Whistleblowing Authorities et dont nous sommes membres, regroupe près d’une trentaine d’institutions publiques européennes chargées de veiller à l’intégrité et à la protection des lanceurs d’alerte. Il accorde une attention toute particulière à la directive européenne sur les lanceurs d’alerte qui devait être mise en œuvre par les États membres avant le 17 décembre 2021.

Effet direct de la directive

En tant que membre du réseau, nous avons signé la dernière Déclaration de NEIWA (en anglais) qui appelle les États membres de l’Union européenne à finaliser la transposition de la directive européenne. Pour NEIWA, des éléments importants de la directive ont déjà un effet direct dans les législations nationales, notamment l'obligation de mettre en place des canaux de signalement externes. Le réseau insiste sur le fait que les lanceurs d’alerte doivent être protégés contre toute forme de représailles et qu’ils ont droit, dès maintenant, aux mesures de protection prévues par la directive.

Confiance, impartialité et protection

Nous espérons que la directive sera transposée en droit belge relativement rapidement et que les cabinets, les administrations et les parlementaires tiendront compte de trois principes dans l'élaboration de la loi : la confiance, l'impartialité et la protection.

Dans l’attente, les lanceurs d’alerte qui travaillent dans l’administration fédérale pourront se prévaloir des dispositions de la directive qui ont un effet direct, auprès de notre Centre Intégrité.

Plus d’infos :
- Opinion : la Belgique est-elle prête à dire non à la corruption ?
- NEIWA, un réseau d’autorités européennes pour les lanceurs d’alerte

publié le: 23/12/2021